collection

Pop 2

86 programmes — 1970-1973

"Bonjour c'est Pop 2" : Patrice Blanc-Francard présente ce magazine musical audacieux, rendez-vous incontournable de la culture pop-rock et témoin privilégié de l'âge d'or du rock progressif. Des interviews, des dieux vivants (Pink Floyd, les Four Tops, Frank Zappa...), des concerts dans des lieux mythiques... Légendaire !

Soft Machine (1/2)

Les Soft Machine, pionniers de la vague psychédélique, offrent une prestation intense, où leur fusion du jazz et du rock envoûte le public présent au Théâtre de la Musique à Paris.

The Moody Blues, Nights in white satin

Passer de l'ombre à la lumière avec une seule chanson, c'est ce qui arrive aux Moody Blues, quand leur titre Nights in white satin sort en novembre 1967. Cette chanson a popularisé le rock progressif en Europe, et au fil des années, est devenue mythique.

The Moody Blues (1/2)

Les Moody Blues sont sur la scène de la Taverne de l'Olympia. L'occasion d'entendre leurs belles mélodies, même si elles sont jouées en play-back, une grève des douaniers les ayant privés de leurs instruments. Ils concluent la première partie du concert avec leur chanson devenue culte, Nights in white satin.

Third Ear Band

Attention, vous entrez dans une autre dimension, celle de Third Ear Band. Une dimension où la musique n'a ni âge ni frontière. Laissez-vous transporter par leurs sonorités world et leurs rythmes obsédants.

East of Eden
East of Eden, groupe de rock progressif anglais, fait habilement cohabiter un saxophone jazzy et un violon aux sonorités orientales. Le résultat donne une musique profonde et intemporelle. Ils se produisent ici à la Taverne de l'Olympia.
Taj Mahal

Taj Mahal, un pseudonyme bien choisi pour ce monument du blues. Accompagné de ses musiciens, tantôt au chant, tantôt à l'harmonica, il offre un aller simple pour les Etats-Unis au public de la Taverne de l'Olympia.

Soft Machine (2/2)

Deuxième partie du concert des Soft Machine à Paris, avec Mike Ratledge à l'orgue, Robert Wyatt à la batterie, Hugh Hopper à la basse, Elton Dean et Lyne Dobson aux cuivres.

The Moody Blues (2/2)

Deuxième partie du concert des Moody Blues à la Taverne de l'Olympia, groupe le plus réclamé par les téléspectateurs de Pop deux à l'époque !

Michaël Chapman

Devenu une véritable légende pour les amateurs de folk-rock, l'anglais Michaël Chapman a dépassé les 50 ans de carrière. On compte à son actif quarante albums studio, plusieurs albums live, et des collaborations avec de grands noms (Jimi Hendrix, Nick Drake, Elton John, David Bowie). En 1970, au tout début de sa carrière, il sait déjà captiver son audience...

Festival de Biot et Pacific Drift

Direction le festival de Biot, un des premiers grands rassemblements pop en France, qui tourne malheureusement au fiasco. Il donne néanmoins l'occasion d'entendre Joan Baez chanter Blowin' in the wind, avec quelques paroles en japonais, en hommage aux victimes d'Hiroshima. En deuxième partie, un concert des rockeurs anglais de Pacific Drift.

John Mayall & friends

John Mayall, chanteur et multi-instrumentiste anglais, se produit au Palais des Sports de Lyon en 1970. Accompagné par ses amis musiciens, notamment l'excellent Duster Bennett et, volontairement sans batteur, il détourne à sa manière les codes du blues pour créer un son original, le british blues !

Les Four Tops à Paris

Produit par le mythique label Tamla Motown, le quartet américain The Four Tops est de passage à Paris. L'occasion pour Pop deux d'enregistrer leur prestation aux studios de Joinville. Les quatre chanteurs, vêtus à l'identique, nous offrent un récital puissant et élégant, agrémenté de leurs traditionnels pas de danse synchronisés. La grande classe !

Spéciale Maurice Chevalier

A l'occasion du grand retour en France du chansonnier Maurice Chevalier, Jean Nohain lui consacre son émission. Entre deux interviews, musique ! Qu'ils soient chevaliers de la table ronde, du guet, Don Quichotte, des Grieux ou d'Eon, tous pousseront la chansonnette. Un Chevalier peut en cacher plein d'autres.

Trini Lopez, Oh Lonesome Me

Le chanteur Trini Lopez a connu la gloire dans les années 60 grâce à ses reprises de standards américains, comme par exemple If I Had a Hammer (qui deviendra Si j'avais un marteau chez Claude François). Accompagné de ses musiciens, il interprète ici Oh Lonesome Me.

James Ollivier, L’Île Lointaine

Le chanteur James Ollivier interprète L’Île Lointaine, chanson pour laquelle il reçut le Grand Prix de l’Académie du Disque Français en 1964.

Frida Boccara, Donna

La jeune chanteuse Frida Boccara interprète Donna (A ne pas confondre avec Donna Donna, de Claude François !). En 1969, elle remporte l'Eurovision avec la chanson Un jour, un enfant, mais doit partager le prix avec trois autres pays qui obtiennent exactement le même nombre de votes.

Génération de musiciens

Henry Calinski, mineur de profession, poursuit son rêve de musique malgré les contestations de sa famille. Son père déplore qu’il n’ait pas continué ses études plutôt que de se consacrer à sa passion. Il n'aurait pas fini à la mine. Contre l'avis de tous, il s'obstine à vouloir inscrire sa fille au conservatoire.

Défilé et souvenirs de l'harmonie de la fosse 13

Le reportage a suivi le défilé de l’harmonie de la fosse 13, où chaque musicien arbore fièrement son casque de mineur. L'un des membres de la fanfare, mineur retraité, se rappelle avec nostalgie l’époque où de nombreuses formations donnaient à ces hommes l'opportunité de devenir musicien d’orchestre de bals ou de jazz.

Triangle et Magma

Deux groupes français au menu ! Mais d'abord, petit détour par l’Angleterre avec le clip de The Seeker des Who. Patrice Blanc-Francard s'entretient ensuite avec les membres de Triangle, puis avec ceux de Magma. Les interviews alternent avec des extraits de concerts.

Grateful Dead, Iain Matthews

On commence par un peu de Grateful Dead, suivi d'extraits du documentaire Gimme Shelter, sur la violence lors des concerts des Stones et Jefferson Airplane. Et on conclue avec le concert de Iain Matthews à la Taverne de l'Olympia, un beau moment folk.

Bo Didley, Chuck Berry, Ferré Grignard, Ange, Roland Topor, Incredible String Band

Dans ce Pop 2 : de la musique, avec les bluesmen Bo Didley et Chuck Berry au Festival de Montreux, le folk/blues belge de Ferré Grignard, le petit diable d'Ange et la folk psychédélique d'Incredible String Band; mais aussi du dessin-animé avec Fritz le Chat de Robert Crumb et les escargots géants de Roland Topor.

The Moody Blues, Nights in white satin

Passer de l'ombre à la lumière avec une seule chanson, c'est ce qui arrive aux Moody Blues, quand leur titre Nights in white satin sort en novembre 1967. Cette chanson a popularisé le rock progressif en Europe, et au fil des années, est devenue mythique.

The Pretenders

En 1979 les Pretenders ne comptent qu'un peu plus d'une année d'existence mais leur succès est déjà grand en Angleterre. Le regard caché derrière sa grande frange brune, Chrissie Hynde conquiert maintenant le public français, armée de son rock efficace, à mi-chemin entre punk, new-wave et pop.

ZZ Top (1/2)

Deux très longues barbes, deux chapeaux et deux guitares, les ZZ Top et leur look immuable nous offrent quatre excellents morceaux de ce rock teinté de blues, qui fleure bon le sud des Etats-Unis. Du lourd !