La Légende du siècle | madelen
série documentaire

La Légende du siècle

1 saison — 1972 — Réal : Claude Santelli

D'avril à novembre 1971, Claude Santelli et Françoise Verny recueillent la parole d’André Malraux. Pas pour une interview classique mais pour des Antimémoires parlées, dans lesquelles celui qui fut combattant en Espagne, écrivain, résistant et ministre, livre ses réflexions sur l’Histoire de l’Homme. Une création télévisuelle avec des archives rares, des extraits de films et des lectures.

Lecture
Les Conquérants

Qu'est-ce qu'un grand homme ? André Malraux répond : « C'est un homme qui change quelque chose dans le destin » et précise : « c'est aussi un homme qui donne à son peuple un certain regard sur lui-même ». Parmi les figures tutélaires qu'il raconte : Nietzsche, Alexandre le Grand, Napoléon, Jeanne d'Arc, Danton, Gandhi, Victor Hugo… Très belle lecture de Michel Bouquet.

L'Espoir est mort

« A quoi sert d’aller sur la Lune, si c'est pour s'y suicider ? » Selon Malraux, le XIXème siècle croyait que la science apporterait le bonheur, le XXème sait que cet espoir est mort... Frappé par la proche décadence de notre civilisation, le penseur s’interroge sur le sort de l'humanité et pense que l’homme risque de confier plus en plus ses angoisses à la religion.

Viva la muerte

Le combat contre les troupes franquistes lors de la guerre civile espagnole a marqué la pensée et les actes de l’écrivain et du combattant André Malraux. C’est le seul pays dans lequel un parti politique a eu comme slogan Vive la mort... ! « Notre sentiment c’était que si l’Espagne républicaine était battue, c’était la guerre européenne, inévitablement… »

La Condition humaine

Staline, Mao, Trotski... Malraux a fait de fortes rencontres au cours de sa riche existence ! Il évoque la « tête de gendarme débonnaire » du premier et ce qu’elle dissimulait, exprime son admiration pour Mao, raconte l'esprit brillant de Trotski. Dans un dialogue passionnant avec Jean Vilar, l'écrivain s’interroge sur le destin des révolutionnaires et sur le thème de l'art et du socialisme.

Le Jeune homme de l'Acropole

Le geste du révolutionnaire et celui de l’artiste sont-ils comparables ? Pour Malraux, ils relèvent du même engagement. Le révolutionnaire agit sur l'événement pour faire pénétrer ses idées dans le réel. L'artiste crée son œuvre à partir de matériaux informes. Dans les deux cas, c’est une protestation contre le monde tel qu'il est... À méditer !

Pour la Mort des héros

André Malraux s'interroge sur la figure du héros ! Jaurès, Clemenceau, Saint Just et le Général de Gaulle... autant de personnalités qui l'inspirent. Interrogé sur les évènements majeurs du XXème, le penseur évoque la mort de Hitler, la victoire du Vietnam sur la plus grande puissance militaire du monde et la démarche d'Einstein auprès de Truman pour ne pas engager de guerre atomique...